Le bouddhisme ou la voie des valeurs - Ed. L'Harmattan Agrandir l'image

Le bouddhisme ou la voie des valeurs - Ed. L'Harmattan

13-31

Neuf

Attention : dernière(s) pièce(s) disponible(s) !

17,06 €

En savoir plus

Le bouddhisme ou la voie des valeurs
Dialogue entre
Lokesh Chandra et Daisaku Ikeda

Ce dialogue est un enchantement pour le cœur et l’esprit. Il associe l’immense érudition de Lokesh Chandra et l’engagement planétaire de Daisaku Ikeda pour donner aux êtres humains une véritable foi en eux-mêmes. On y apprend que le roi Ashoka fut le premier représentant du pouvoir politique qui a dit « non à la guerre », pas seulement parce qu’elle s’oppose à la paix mais parce qu’elle s’oppose à la vie elle-même. Ce fut la paix de l’esprit humain lui-même. C’est bien là la philosophie d’un citoyen du monde ! Saviez-vous que Kumarajiva, le traducteur émérite des enseignements de Shakyamuni et plus particulièrement du Sûtra du Lotus, était d’origine koutchéene par sa mère, peuple dont la langue italo-celte est proche de celle parlée par les Irlandais ? Dans le monde prévaut le concept de « crise identitaire » cette tendance à se fondre dans une nation, une ethnie etc. et à exclure les autres. Tagore critiqua ces formes d’organisation inhumaine en ces termes : « Seul celui qui peut établir une humanité idéale en lui-même est capable de se dresser face à ce type d’organisation inhumaine. ». « Regardes à l’intérieur, tu es bouddha » disait le Sûtra. Soyez des lampes pour vous-mêmes !

William Blake a dit ceci : « De même que tous les hommes sont semblables (encore qu’infiniment variés), de même aussi toutes les religions, et, comme toutes les choses semblables, elles ont une source unique. » Cette source est le monde intérieur de l’être humain. Le monde intérieur voit l'être humain ordinaire en chacun. Ce livre renforce cette sensation que notre pouvoir d’action sur nous-mêmes est immense, pouvoir qui pourrait se résumer par cette formule empruntée à Ghandi « ne pas voir le mal, ne pas entendre le mal, ne pas dire le mal » de façon positive et créatrice. Elles incarnent un renforcement de l’éthique, nécessaire à la situation qui est la nôtre.

***

lokesh chandra, né en 1927, est un spécialiste du bouddhisme indien, tibétain et sino-japonais. Il est le fils du célèbre sanskritiste indien Raghu Vira. Il a été vice-président du Conseil indien des relations culturelles, et président du Conseil indien de la recherche historique. En 2006, il a reçu la décoration indienne Padma Bhushan. On lui doit environ 400 ouvrages et travaux d’éditions, dont certains sont devenus des classiques comme son Dictionnaire tibéto-sanscrit, Iconographie bouddhiste du Tibet, et son Dictionnaire d’Art bouddhiste, qui compte près de vingt volumes. Il est aujourd’hui directeur de l’Académie internationale de la culture indienne.

daisaku ikeda, né en 1928, est président de la Soka Gakkai internationale, un mouvement de bouddhistes qui compte plus de douze millions de pratiquants dans le monde. Fondateur de plusieurs instituts, dont l’Institut de philosophie orientale et l’Institut Toda pour la paix, il a abondamment écrit et donné des conférences sur le bouddhisme, l’humanisme et l’éthique planétaire. Plus de cinquante de ses dialogues ont été publiés à ce jour.